Le Péridot…

Péridot111

Péridot

Auteur: Alvarina

Le Royaume Akawanka

I

Le Péridot

Le péridot est une pierre verte, dotée de pouvoirs magiques, au Royaume des

Akawankas dans lequel tous les êtres vivants portent un Diadème.

Ce diadème possède une pierre verte qui, lorsqu’elle est au centre du front, rend les Akawankas encore plus beaux. Elle a le pouvoir de leur apporter la joie et la santé. Les végétaux, eux, ont une lumière scintillante.

Mais pour que la magie opère, cette lumière doit sans cesse être éclatante, dès qu’elle s’affaiblit les Akawankas et les animaux deviennent méchants, malades, et ils meurent. Quant aux végétaux ils subissent le même processus.

La Reine Kuska est la plus part du temps accompagnée par quatre fées lors de ses déplacements en missions. Les missions des fées consistent à donner la brillance à cette lumière sur tout être vivant dans le royaume des Akawankas.

La fée Nyny est la plus âgée de toutes, son devoir ; redonner l’intensité de la lumière aux femmes et aux hommes. Sa compagne, une chatte, qui s’appelle Mily est adorable, chaque fois qu’elle croise quelqu’un, elle lui dit :

– gratte-moi le poil..Toute la journée elle a ce mot à la bouche.

La fée Jarka, c’est la plus grande de toutes, son devoir ; redonner l’intensité de la lumière aux végétaux. Son compagnon, un Briard, qui s’appelle Tony, adore aller chercher le courrier, alors dès qu’il voit une personne, il lui dit :

– je pars chercher le courrier.

La fée Luisette, elle, a toujours la tête en l’air, oublie tout, on la surnomme dans le Royaume, » le poisson rouge », son devoir ; redonner l’intensité de la lumière aux enfants. Son compagnon est un Bichon Havanais qui s’appelle Charlie, il passe sa

journée à dire :

-je pars voir Tata…

Sa Tata à lui, c’est la fée Alva.

La fée Alva, est la plus jeune de toutes, son devoir ; redonner l’intensité de la lumière aux animaux. Son compagnon, est un Leonberg qui s’appelle Bacchus, un vrai bébé, dès qu’Alva part en mission, il pleure et demande à tout le monde :

– où est ma Mamounete ?

Pendant leurs temps libres, les fées enseignent à la Reine à maitriser ses pouvoirs. Le diadème de la reine kuska est le plus puissant de tous, mais elle a énormément de peine à se concentrer.

Sa maman vient de mourir, une grande tristesse l’envahit, alors, pour la distraire, les fées intensifient leurs leçons de magie.

Au sommet de la colline se dresse un majestueux château. Ses jardins sont magnifiques, on y voit des fleurs de toutes les couleurs, des palmiers avec des noix de coco. En contre bas du jardin, un labyrinthe dans lequel Kuska adore aller jouer avec les compagnons des fées.

Kuska, entourée de ses fées, se trouve au jardin pour une leçon de magie, la fée Jarka, lui dit :

– Kuska, regarde ces fleurs, tu pourrais les faire pousser.

Kuska se concentre sur sa pierre. Il en sort une lumière scintillante atteignant les fleurs mais elles se multiplient au lieu de grandir… Jarka lui dit :

– tu dois te concentrer mieux. Imagines-la d’abord dans ton esprit, pense très fort à ton désir, il se réalisera, tu verras.

Kuska se concentre encore une fois, sa lumière repart toujours aussi éclatante vers les fleurs, mais ce sont les abeilles qui commencent à grandir, à grandir, en survolant les fées.

Alva leur dit :

– nous sommes désolées de vous avoir dérangées.

Une des abeilles rétorque :

– je crois que tu avais besoin de nous, ma fée

Alva en souriant lui répond :

– Non, kuska a dévié son objectif, désolée, je vous redonne votre apparence normale, promis.

Et en se concentrant sur sa pierre, une lumière magique entoure les abeilles et elles reprennent leur taille initiale.

Alva en regardant un renard qui se promène tout près du jardin, décide d’affaiblir la lumière de sa pierre, le renard vient directement dans leur direction, il est très agressif, Kuska est au premier plan, la fée Nyny inquiète pour sa sécurité, dit à Alva:

– redonne-lui l’éclat de sa lumière, il devient très méchant, Alva lui répond :

– laissons- la se débrouiller toute seule, elle ne peut pas compter sur nous tout le temps.

Kuska panique, regarde en direction des fées et Alva lui dit :

– tu dois pouvoir maitriser toutes les situations et toute seule, en cas de danger. Allez…. Tu as la capacité de dominer ce renard.

Kuska se concentre. Le renard s’approche de plus en plus avec rage. Alva se tient prête au cas où elle aurait besoin d’aide. Le renard est encore plus menaçant. Kuska se concentre sur sa pierre, une lumière l’entoure, elle se sent prête à le maîtriser.

Le renard saute sur elle et la fait tomber, il a sa bouche baveuse tout près de sa gorge, elle le tient par la tête, il roule l’un sur l’autre. Kuska regarde sa pierre et en se concentrant, la lumière jaillit sur le renard et la fusion s’effectue. L’agressivité du renard commence à disparaître, la lumière s’éteint et la pierre de son diadème devient éclatante. En léchant le visage de Kuska, il s’excuse et repart en direction de la forêt.

La fée Nyny est en colère contre Alva et lui dit :

– tu aurais pu choisir quelque chose de moins violent pour elle.

Alva baisse la tête en disant :

– regarde, elle s’est bien débrouillée, et moi j’étais tout près d’elle ou cas où.

La nuit commence à tomber, la fée Luisette en regardant la lune dit :

– on a du travail ce soir ! la pleine lune est là pour nous… les filles.

Une fois par mois, le jour de la pleine lune, la Reine et ses fées se réunissent pour une cérémonie.

Cette dernière se nomme Le Transfert : les pouvoirs du Péridot sont transmis aux fées.

Toutes sont là, devant le Temple sacré. Une immense porte en bois se dresse et paraît infranchissable, sur chaque côté de la porte on distingue une demi- lune. Au milieu de ce cercle se trouve une Pierre sans luminosité.

Le rituel de l’ouverture des portes du temple sacré se prépare… Les fées et la Reine se donnent la main, une lumière éclatante parcourt leur corps. Elles se concentrent… le cœur de la pierre de la Reine s’illumine d’une lumière si aveuglante qu’elle s’abat sur la porte. Une fois disparue, seul le bruit des portes se fait entendre et s’ouvrent tout doucement, laissant place à une immense grotte. Tout est si beau. A l’intérieur on y découvre un petit lagon, l’eau scintille de mille feux. C’est au fond de ce lagon que l’on peut apercevoir de nombreux diadèmes.

Tout autour on distingue des petites grottes, et chacune d’elles accueille un petit Péridot entourant le plus prestigieux des Péridot. Une grande colonne de cristal montre le centre de la grotte, elle est si naturelle. Le Péridot se trouve là, majestueux.

Sa lumière est brillante et apaisante. Au village, on l’appelle la lumière magique. Ses pouvoirs sont extraordinaires, il transmet aussi des images en hologramme dès que la vie des Akawankas est en danger.

La cérémonie vient de commencer.

A genou, devant le Péridot, le cercle des fées se forme, leurs ailes se touchent, les unes après les autres, une lumière aux couleurs de l’arc en ciel visite chaque calamus resplendissant et magique.

Même dans le Diamant le plus pur du monde il n’existera jamais cet éclat de couleur. La Reine Kuska est émerveillée, ses ailes ont pris l’apparence d’une fleur aux pétales scintillants et au centre de cette fleur le magnifique Péridot, aux couleurs inoubliables. Kuska se sent privilégiée d’être là.

II

 

Dans le village, pas très loin de la rivière, tout près du temple d’Anĩma, une dispute vient de commencer entre deux enfants Akawanka.

Le temple d’Anima est l’un des lieux magiques, il y a des jouets par centaines. Toute la journée, on voit des enfants apporter les objets dont ils n’ont plus besoin. Ils seront offerts aux parents et aux enfants moins fortunés.

La lumière de Viky, un des enfants, commence à faiblir, il devient agressif. La fée Luisette, au Château, vient de le voir dans la paume de sa main. Prise par la tristesse des enfants, elle décide de partir les aider.

Après avoir survolé le village, elle arrive vers eux et se pose à leurs côtés. Ses ailes se replient lentement avec une lumière magique. Viky et Adry sont émerveillés par ce qu’ils viennent de voir.

La fée Luisette, leur dit ;

– mais pourquoi vous disputez- vous ?

Elle avait déjà oublié sa vision ainsi que le problème des enfants. Ils sont admiratifs de sa beauté et ne peuvent plus parler. Adry répond timidement :

– c’est lui, Viky, il ne veut pas donner ses vieux jouets au Temple Anĩma, il est en train de les casser et devient méchant, il y aura des enfants tristes à cause de lui.

– calmes- toi Adry, regardes… sa lumière, elle est très faible.

La fée Luisette met la main sur la pierre de Viky et une lumière parcourt son corps.

Elle se concentre… ; une Lumière magique et aveuglante envahit à son tour le corps de Viky. Soudain, toute sa méchanceté a disparue. A nouveau fou de joie et heureux, il embrasse la fée.

En prenant les enfants par la main elle leur dit :

– n’oubliez jamais de donner vos jouets dont vous n’avez plus l’utilité. Chaque enfant qui a le cœur rempli d’amour, donnera ses jouets, et grâce à ce geste d’amour, il sera très heureux le reste de sa vie.

Viky a le sourire, sa pierre redevenue resplendissante, elle dit à Adry :

– vient m’aider, j’ai plein de jouets à la cave qui ne me servent plus à rien, on va les apporter au Temple.

Pour bien faire et avec beaucoup d’application, ils se mettent même à réparer les jouets que Viky a cassé.

Fée Luisette est heureuse et souhaite que les enfants de la planète terre aient eux aussi le cœur grand et pur comme celui des Akawankas.

Puis elle s’envole en souriant… mais, tout près de là, à l’école du village, une autre dispute commence. Il y a plusieurs garçons dont la lumière est faible et qui se moquent l’un de l’autre.

– t’es gros, t’es moche, t’es bête..Un gros chagrin s’abat sur un petit garçon….

La fée Luisette arrive vers eux et leur dit :

– mais vous êtes devenus de vilains petits garçons, votre lumière s’est affaibli, on va vite arranger ça…Comme ils sont plusieurs, la fée Luisette leur demande de se donner la main et se dirigent vers celui qui a la lumière la plus faible et met sa main sur sa pierre. Une lumière traverse le corps des enfants et elle va tellement vite que les cheveux des garçons se mettent à se dresser sur leur tête. Ils sont, comme chaque fois, surpris par la puissance de cette lumière.

Leurs Diadèmes à nouveau lumineux, ils sont heureux mais la fée Luisette tient à parler avec quelques uns d’entre eux. Elle les appelle et leur dit :

– il ne faut jamais se moquer des enfants qui sont différents de vous. En le faisant vous n’aurez pas cette belle lumière magique à l’intérieur de vous et même si la lumière du diadème est faible, la vôtre doit toujours rester lumineuse et magique.

Juky, un des enfants, vient tout près d’elle et lui dit:

– on est désolé, on demande pardon à Luny, tu verras, notre lumière magique sera tellement lumineuse qu’elle arrivera jusqu’aux enfants de la terre.

La fée Luisette est ravie d’entendre ces mots et repart vers le château.Sur le chemin, elle voit les autres fées en mission qui font des transferts de lumière. Ces transferts ont tellement de luminosité qu’on les voit de très loin. En haut d’une colline, elle aperçoit la fée Jarka, et décide d’aller à sa rencontre. Elle est avec un couple d’agriculteur, au milieu du champ de blé et ces derniers lui expliquent :

– les corbeaux ont détruit toute notre récolte et dès que les blés sont à maturité, ils arrivent de partout. Les sangliers saccagent tous les champs, les prairies. En plus de tout détruire, ils sont dangereux, ils nous attaquent.

Et il continue…

– Je ne comprends pas, pourtant on leur donne leur part de récolte chaque année.

La fée Jarka rétorque:

– on va vous aider, je vais m’occuper du blé et la fée Alva va aller parler au chef des corbeaux et des sangliers, leur lumière doit être faible, ils deviennent incontrôlables et méchants.

La fée Luisette lui répond :

– elle est déjà avec Korby, le chef des corbeaux. Je viens de la voir, mais je ne savais pas que le problème était si grave.

L’agriculteur reprend la parole:

– il ne porte plus le Diadème..

– comment ça ? dit la fée Jarka,

– hier soir, j’ai vu Pya, le chef des sangliers, et j’ai remarqué qu’il ne le porte plus et je lui ai demandé « où est ton diadème ? Il m’a répondu, » on ne veut plus de ces Diadèmes !! » Et il est parti.

La fée Luisette dit à la fée Jarka :

– le problème est vraiment grave… La fée Jarka se met au travail. Mettant un genou à terre, elle pause ses mains sur le sol, caresse et enfoncent ses doigts dans la terre. Ses doigts poussent comme des racines avec une couleur si blanche et si rayonnante que la lumière parcourt le champ de blé. Partout où elle passe, le blé se redresse doucement, devient grand et beau. Devant cette merveille, les agriculteurs ravis, serre très fort Jarka dans leurs bras et la remercie.

Le lendemain kuska, toute seule, s’amuse à utiliser ses pouvoirs. Plus le temps passe, plus elle devient une vraie magicienne.

Devant le miroir elle se concentre sur sa pierre en lui demandant de transformer sa robe en habit de guerrière. La lumière de sa pierre part en direction du miroir et revient vers elle en la transformant. Elle est magnifique. Le haut devient un corset très moulant en cuir, le bas, une mini- jupe avec des bandes en cuir qui finissent en v. Les poignets en cuir attachés par des lacets et le tout est décoré par de jolis dessins en fil d’or.

Les fées viennent d’arriver. Elles sont émerveillées par sa beauté. Kuska les regarde en disant :

– vos robes ne sont pas très belles aujourd’hui !!.

Et en levant sa main dans leur direction, une lumière magique les entoure. Cette lumière une fois disparue, elles sont vêtues comme de vraies princesses guerrières. Nyny en regardant sa mini jupe lui dit :

– arrête Kuska, ce n’est plus de mon âge de m’habiller comme ça !

Et en passant sa main sur ses vêtements, elle retrouve sa robe d’avant.

 Les autres fées sont heureuses de prendre le petit déjeuner dans cette tenue. Après avoir fini, Nyny les regarde en disant :

– allez-vous changer les filles, on ne part pas en mission dans ce déguisement !

Chacune d’elles, passant leurs mains sur leurs tenues, retrouvent leurs belles et longues robes de fée.

III

Un paysan arrive très tôt au château, il pleure et prend la fée Jarka par la main en lui disant :

– vient voir ça… c’est terrible…. toute la forêt Pulmo a disparue pendant la nuit, la plus grande et la plus belle de nos forêt.

La fée Luisette accompagnée de Jarka traversent la forêt et arrivent au sommet d’une falaise. En contre bas, un triste spectacle. Des centaines de palmiers à huile partout, à perte de vue ont pris la place des beaux arbres de la forêt Pulmo. Les animaux courent dans toutes les directions, ils sont perdus, les oiseaux ne savent plus où se poser…. c’est effrayant de voir ça.

Tous sont abasourdis par ce paysage désolant. Jarka dit :

– mais qui a pu faire cette plantation sauvage sur notre belle forêt. Pas les Akawanka, ils savent que les arbres sont des maillons indispensables à la chaine de la vie.

– vient, dit-elle à Luisette,… on va voir ça de plus près.

Arrivées en bas, elles sont surprises de voir des hommes avec des chaines aux pieds, ils travaillent machinalement, ils passent d’un palmier à un autre si vite, qu’ils n’ont même pas senti la présence des fées.

La fée Jarka se dirige vers un des hommes :

– bonjour, dit-elle, d’où venez- vous ? vous ne faites pas partis de notre peuple ? L’homme la regarde à peine et lui dit :

– je ne peux pas te parler, je dois travailler, si je ne ramasse pas assez de fruits, ils ne me donneront pas à manger ce soir.

En l’espace d’un instant la fée Jarka reste sans voix, puis reprend ses esprits en lui disant:

– vous parlez notre langue, mais qui êtes-vous ?..

– suivez cet alignement de palmiers, tout au bout vous trouverez nos chefs.

Les fées survolent de très près les palmiers et partout où elles passent, les hommes laissent tomber leurs fruits, surpris de voir des fées.

Un des travailleurs dit aux autres :

– mais… les fées n’existent pas..

– il faut croire que sur cette planète oui, et visiblement on les a dérangées !!!!!

Et ils se remettent aussitôt au travail….

La fée Jarka et la fée Luisette survolent deux hommes et au milieu des ces derniers, un grand cercle en métal fait un bruit étrange, pas connu dans le Pays des Akawankas.

Un des hommes qui s’appelle Ben dit à jaky :

– je suis fatigué, je dois aller me coucher, je pense que j’ai trop consommé d’alcool hier soir, j’ai des hallucinations, je vois des belles filles avec des ailes, et…. qui volent, en plus.

Jaky lui dit :

– moi je n’ai pas bu et je les vois aussi, alors tu n’as pas d’hallucinations, elles sont bien réelles.

La fée Jarka et Luisette se sont posées. Leurs ailes s’effacent lentement avec une lumière magique, elles se présentent:

– bonjour, moi je m’appelle la fée Jarka, je suis la fée des végétaux et vous êtes aux Pays des Akawankas.

– moi je m’appelle Luisette et je suis la fée des enfants, et vous n’êtes pas chez vous… puis, elle souri.

Les deux hommes se regardent, en réalisant que les fées existent vraiment sur cette planète. Elles sont très séduisantes, gentilles et polies et en plus, elles parlent la même langue.

La fée Jarka regarde Ben et lui dit,

– alors Ben, d’où venez vous et pourquoi avez-vous fait disparaître notre belle forêt?

Ben surpris par la beauté de Jarka, lui dit :

– tu es vraiment réelle ?  Tu es très belle et tu connais mon nom ?

– ton copain l’a crié tellement fort que je l’ai entendu, dit-elle, alors tu me

réponds ?

– on vient de la planète terre, répond-il, on est des terriens. La forêt, nous l’avons coupée cette nuit et envoyée sur notre planète. Nos dirigeants avaient le souffle coupé quand ils l’ont vue, si scintillante. Sur la planète terre on commence à manquer d’arbres pour fabriquer des objets utiles à notre confort.

Jarka se met en colère :

– vous rasez des forêts entières pour faire des objets pour votre confort. !!.. Ici, on coupe seulement les arbres qui ont fini leur vie et qui ont séché et seulement après on les utilise pour notre confort. Et c’est quoi cette variété de palmier ?  On ne connait pas ces palmiers, les nôtres nous donnent de belles noix de coco.

Ben en s’approchant d’un palmier lui explique :

– la fleur de ces palmiers est très importante pour nous les terriens. A intérieur du noyau il y a une amande très riche en liquide qui fournit l’huile, cette huile est utilisée sur la planète terre, pour trois choses : la plus grande partie pour notre nourriture, une autre pour les cosmétiques, et une minuscule partie pour le transport.

Luisette très surprise, par ce nom inconnu sur la planète Akawanka lui dit :

– mais à quoi servent les cosmétiques ? Est-ce aussi de la nourriture ?

Jaky lui répond :

– les cosmétiques s’utilisent pour rendre nos femmes belles :

La fée Jarka lui dit :

– nous n’avons pas besoin de ce produit pour nous rendre belle, nous avons notre lumière et pour nous transporter on n’a pas besoin non plus d’huile, nos ailes, nos animaux et nos oiseaux nous transportent…

Ben lui coupe la parole en lui disant :

– vous avez raison, si elles sont toutes comme vous deux, pas besoin de cosmétique !

La fée Jarka poursuit la conversation en demandant :

– à quoi sert cet anneau de métal???

– Cet anneau de métal, comme tu dis… on l’appelle, L’ Aditus, cela a été la plus grande découverte sur terre ces dernières années. Avec L’Aditus, on peut explorer toutes les planètes de l’univers.

Jarka lui coupe la parole:

– non, le terme juste est : exploiter sans autorisation et sauvagement. C’est ce que vous êtes venu faire ici aux Pays des Akawankas : pas explorer mais exploiter… Tu dis, une grande découverte de ces dernières années pour les terriens??? Nous, ça fait des siècles que l’on en a une qui ressemble à la vôtre, mais nous l’appelons la porte du mal et je commence à mieux comprendre pourquoi nos ancêtres l’ont nommée comme cela.

Et Jarka ne peut plus s’arrêter de les questionner :

– pourquoi mettez-vous des chaines aux pieds de ces gens et menacez-les de ne pas les nourrir ?

Ben et Jaky qui commencent à apprécier la compagnie des fées  leur dit :

– nous ne sommes pas les responsables de ce traitement. Notre mission est de les surveiller et le soir venu, de les faire voyager à travers l’Aditus afin de les ramener sur terre, c’est tout.

Après plusieurs heures de conversations entre les terriens et les fées…

Luisette reprend la parole :

– vous nous avez appris beaucoup de choses que nous ne connaissions pas. Vous avez parlé de votre planète, mais tout cela nous rend triste et de plus, à voir comment vous traitez mal votre peuple, on ne veut pas de vous ici, vous devez repartir.

Jaky regarde la fée Luisette et lui dit :

– êtes-vous toujours si gentille avec les visiteurs ? La semaine passée, sur une autre planète, on a été reçu à coups de canon, on est parti au plus vite.

Luisette répond :

– nous sommes un peuple sans violence. Nous les fées, travaillons toute la journée pour rendre notre peuple heureux en leur transmettant la lumière magique.

– c’est cette lumière dans votre Diadème qui est magique ? demande-t-il.

Luisette lui fait un signe de la tête et poursuit :

– jusque ici, les seuls ennemis n’avaient été que les Tasmals qui arrivent de temps en temps à passer la porte du mal, heureusement, ils viennent de moins en moins, nos pouvoirs les transforment souvent en cendre.

Les deux hommes sont très inquiets et attentifs aux avertissements de Luisette.

– maintenant, c’est vous qui êtes là… vous débarquez chez nous pour détruire notre planète, vous devez partir…mais avant….

Luisette n’a pas pu finir sa phrase….

Averties par les Akawankas de la destruction de la Forêt Pulmo les fées Alva et Nyny arrivent sur de magnifiques Aigles royaux.

Alva toujours en compagnie de Stane, son aigle, c’est elle qui l’a élevé, et depuis, elle utilise rarement ses ailes, ils sont devenus inséparables.

Ben et Jaky reculent derrière les fées comme pour se protéger de ces énormes volatiles. jaky dit a Luisette :

– ils sont tous grands comme ça, vos oiseaux ?

Luisette lui répond en riant :

– non, on les fait seulement grandir avec notre magie quand la mission est très urgente et que l’on doit se déplacer de manière plus rapide.

La fée Nyny , en montrant les deux hommes , demande à Jarka

– c’est eux qui ont fait disparaître notre forêt ?

Jarka répond :

– je te présente ben et Jaky. Ne t’inquiète pas, je te rappelle que nous avons la lumière magique pour refaire notre forêt, eux, leur lumière sur terre, visiblement ils l’ont perdue à jamais.

La fée Nyny, les regarde à peine. En s’approchant des palmiers, elle voit tous ces hommes avec des chaînes aux pieds et dit:

– mais c’est quoi… des chaînes? C’est comme ça que vous traitez votre peuple, vous les enchaînés pour les faire travailler ??

Les deux hommes n’osent plus bouger et sont toujours réfugiés derrière les deux fées ; ils regardent par-dessus leurs épaules.

La fée Nyny demande de l’aide aux trois autres fées et leur dit:

– je ne peux plus voir ces hommes enchaînés cela me fais mal au  coeur.

Les filles se donnent la main et une lumière aveuglante et scintillante parcourt toute la forêt des palmiers. Une fois cette dernière disparue, seul le bruit des chaînes qui se brisent se fait entendre.

La fée Nyny regarde les terriens ahuris et leur dit avec un grand sourire:

– ha ! Liberté aux hommes !

Ils arrivent un par un, reconnaissant et remerciant les fées.

La fée Nyny leur demande de l’aide pour faire revivre cette forêt. Après avoir réalisé ce travail,  elle désire également la destruction de l’aditus.

Après un long moment de conversation entre terriens…

Tous sont d’accord, mais pose une condition, Ben prend la parole, en disant :

– nous allons vous aider, mais après avoir détruit l’ Aditus on reste tous avec vous, nous n’avons aucune attache avec la planète terre et notre désir serait de rester chez vous pour toujours en respectant vos lois et vos traditions.

Les fées se réunissent pour prendre une décision… après quelques instants,

Jarka leur dit :

– c’est entendu mais vous serez les gardiens de cette forêt, vous ferez tout pour la protéger.

La Fée Alva à son tour rajoute:

– ainsi que nos animaux.

La fée Nyny avance dans leur direction et dit:

– n’oublié jamais d’où vous venez et comment on vous traitait . Vous verrez, vous vous sentirez beaucoup mieux là où vous êtes…

Les fées Jarka et Luisette les regardent avec un grand sourire et tout le monde se met au travail.

Alva, dit à Jaky :

– mais comment sont-il arrivés là, ces palmiers? avez-vous aussi des pouvoirs, vous les terriens?

– non, lui répond-t-il, nos seuls pouvoirs c’est de détruire nos forêts et de rendre notre peuple malheureux.

Alva lui dit, avec un sourire :

– on va les renvoyer d’où ils sont venus, et si on pouvait programmer votre Aditus pour qu’ils arrivent directement dans le bureau du responsable de cette sauvagerie, je serais la fée la plus heureuse de la planète Akawanka.

Et en imaginant voir le responsable de cette plantation sauvage prendre un fruit sur la tête, elle rit.

Les terriens ont commencé à arracher tous les palmiers. Une foule d’ Akawanka arrive pour les aider. Alva demande aussi à tous les animaux et aux oiseaux de venir. À peine les palmiers sont-ils arrachés que dans chaque cavité les oiseaux laissent tomber une graine.

Une fois ce gigantesque travail achevé, tous les palmiers sont renvoyés sur la planète terre puis les terriens enlèvent quelques pièces à l’ Aditus afin de le mettre hors service.

Les peuples, terriens et Akawankas se sont unis et s’écrient fort : « vive le Pays des Akawankas, vive la forêt Pulmo. »

La Fée Nyny regarde encore une fois les fées et en les prenant par la main leur dit:

– le travail n’est pas fini pour nous les filles, donnons un coup de pouce à la nature…

Les fées se mettent à genou en se donnant la main, un grand silence se fait et de leurs pierres sort une lumière aux couleurs de l’arc-en ciel. Elle parcourt toutes les graines de la forêt et les arbres commencent à pousser, à pousser. Ils deviennent grands et magnifiques avec des couleurs scintillantes.

Les terriens sont émerveillés par la beauté de ces arbres et de cette forêt. On voit arriver de partout des animaux à poils ou à plumes, qui volent, qui rampent, ou qui marchent, revenir dans leurs habitats, tout le monde est très ému de voir toute cette forêt reprendre vie.

Après un long moment… Ben dit aux fées :

– vous êtes vraiment des magiciennes. En quelques minutes, vous avez fait repousser une magnifique forêt.

La fée Luisette lui répond :

– vous aussi, les terriens, vous êtes des magiciens, mais la vôtre de magie est maléfique, en quelques heures, vous êtes capables de détruire une immense forêt.

Tous les terriens baissent la tête.

La nuit commence à tomber, les deux peuples unis partent ensemble avec une torche à la main.

Certain des terriens ont décidé de partager leur vie avec celle des Akawankas. Ils sont une petite centaine; on les distingue à peine, mais une fois qu’ils porteront aussi le Diadème ils deviendront à part entière des Akawankas .

Ben et Jaky ainsi qu’une petite dizaine de terriens sont resté là avec les fées, elles leur font visiter leur nouvelle demeure, un chalet pas très loin de là. Anciennement c’était la maison des fées. Mais elles ont dû emménager au château, après la mort des parents de la Reine, afin d’être plus près d’elle pour mieux la protéger.

Les terriens sont heureux d’être là, il n’y a encore que quelques heures, ils étaient les esclaves des autres terriens, et là, ils sont devenus les gardiens de la forêt Pulmo.

La nuit est tombée sur Akawanka. Les fées décident d’emmener au château, pour cette nuit, les deux anciens chefs terriens.

Quatre magnifiques aigles royaux sont là, devant le chalet, Jarka et Luisette se pressent pour les faire monter avec elles.

Alva et Nyny rient, en disant :

– il y a de l’amour dans l’air, les filles !!!

Ils survolent la forêt, elle est si magique vue d’en haut, tout est scintillant dans la nuit, les plantes, les arbres et la rivière sont magiques avec toutes ces couleurs.

Les terriens se regardent et croient rêver, en priant pour ne pas se réveiller.

En arrivant sur la terrasse du château, la Reine est là pour les accueillir. Une fois les présentations faites, la Reine remercie les fées pour leur  mission, très importante et si belle, qu’elles viennent d’accomplir. La Reine a suivi de très près la mission à travers le Péridot. Elle leur dit :

– je ne sais pas si l’idée de garder les terriens est bonne, j’espère que les autres dirigeants ne viendront pas nous attaquer pour les récupérer. Mais prenons le risque, on n’en sera que plus riche en mélangeant nos cultures.

IV

 

 

Le lendemain, une grande fête est organisée. Tout le monde est là, devant le château. Quelques heures avant la cérémonie, Alva et Nyny se trouvent dans le Temple Sacré du Péridot, elles ont été chercher des Diadèmes pour les terriens, Alva demanda à Nyny :

– pourquoi les Diadèmes se trouvent-ils dans ce petit lagon?

Nyny lui raconte :

– cette eau est magique et protège la lumière des diadèmes, en la gardant toujours très éclatante, comme tu le sais, la luminosité est très importante, plus elle a de brillance plus elle a de pouvoirs.

Alva, très curieuse de voir des milliers de Diadèmes dans ce lagon lui demanda :

– d’ où viennent-ils ? Nyny lui dit :

– tu sais qu’ils nous offrent la santé et la joie, mais…. un jour, nous devons laisser notre place à d’autres, pour certains ils partent à cause d’une maladie, pour d’autres un accident mais ne t’inquiète pas , la plupart, partent parce qu’ils sont vieux…

Alva comprend alors d’où viennent tous ces Diadèmes, et lui dit:

– Mais le pouvoir du diadème nous donne la santé… et nous protège…tu dis souvent que, en plus, on a une lumière à l’intérieure de nous qui, elle aussi, est magique…

La fée Nyny prend tendrement la main de Alva et lui dit:

– oui tu as raison Alva, mais il y a beaucoup de monde sur les autres planètes qui laisse cette lumière s’éteindre. Elle est magique et il faut y croire très fort et ne jamais la laisser mourir…

Nyny en voyant la tristesse d’ Alva tente de la distraire, lui dit, « vient voir quelque chose ». Les deux s’approchent du Péridot, Nyny pose sa main sur la colonne de cristal, une petite porte s’ouvre, Alva est surprise par cette porte secrète et invisible qu’elle n’avait pas connaissance jusque là.

Deux Diadèmes se trouvent à l’intérieur, mais leur lumière est plus puissante que toutes les autres, Nyny lui dit :

– Ils appartenaient aux parents de Kuska, c’est les plus puissants des Diadèmes, et leurs pouvoirs sont innombrables, ils seront transmis à la Reine et au Roi le jour leur mariage. Une exception est faite, en cas de très grand danger pour la planète Akawanka, Kuska pourra porter celui de sa mère.

Dehors une foule de gens arrive pour voir à quoi ressemblent les terriens et pour assister à la cérémonie solennelle. Les terriens sont là, devant la Reine, chacun à son tour vient prendre possession de son Diadème en faisant le serment, de fidélité et de dignité au peuple Akawanka .

Une fois la remise des Diadèmes finie, les deux peuples s’amusent ensemble et leurs  rires se répandent sur toute la planète.

Ben et Jaky ne se séparent plus de Jarka et de Luisette, on dirait qu’ils commencent à tomber amoureux. Les terriens heureux n’ont pas l’air de regretter la terre !

Bacchus vient vers Jarka et lui demande :

– où est ma mamounete ? Et il repart aussi vite à l’intérieur du château.

Jarka, surprise de voir que la nuit commence à tomber et qu’Alva n’est toujours pas rentrée de sa mission, s’inquiète. Alva était partie en mission pour voir le chef des sangliers.

Alors la fée Jarka dit à Luisette :

– ça fait très longtemps qu’Alva est partie, on doit aller l’aider, elle doit être en danger.

Les terriens proposent leur aide, mais les filles les remercient en disant.

– vous devez aller surveiller la forêt Pulmo et votre porte l’Aditus et nous on va s’occuper d’Alva.

La fée Nyny décide de reste avec la Reine..

Les fées, Jarka et luisette s’envolent vers la forêt où habitent les sangliers. En la traversant, elles se donnent la main. Elles ont peur, tout est si sombre et effrayant, de grands arbres les entourent. Sur ces derniers, des corbeaux font du bruit, c’est terrifiant, ils leur lancent des pierres, les arbres leur donnent des coups avec leurs branches, la fée Luisette est projetée au sol. En se relevant elle dit à Jarka :

– ben… dit donc, t’étais en vacances ?… les arbres n’ont plus de lumière, ils nous attaquent et les corbeaux aussi.

Jarka lui dit :

– pour les arbres je suis d’accord, mais pour les corbeaux ce n’est pas à moi que revient ce travail ! On ne t’appelle pas « le poisson rouge » pour rien dans le royaume… allez… vient.

Elles son terrifiées mais elles doivent avancer. Arrivées dans une grande prairie entourée de grands arbres, elles voient au centre, un grand feu qui illumine toute la prairie c’est la seul lumière tout les reste es devenu gris et sombre.

La fée Alva se trouve là devant le chef Pya, elle est attachée à un tronc et les sangliers hurlent tous ensemble :

– Mort à la fée Alva !!

Au château, au même moment, la fée Nyny, accompagnée de la Reine, ont une vision, elles constatent toutes les deux ce qui se passe sur la prairie et sont prises de panique.

La Reine s’adresse à la fée Nyny :

– tu dois partir les rejoindre, seul le pouvoir des quatre pourra renverser la situation.

La fée Nyny lui répond :

– mais il fait déjà nuit, comment me déplacer si vite dans l’obscurité.

La fée Nyny pense à Nuika, les chauves-souris ont une grande facilité de se déplacer dans l’obscurité. Elle court en direction de la terrasse du château. La Reine l’a suivie pour l’ aider à appeler de toutes leurs forces Nuika.

Nuika survole la terrasse et se pose sur le mur en disant :

– quelle est la raison de ce boucan ?

La Reine lui explique la situation des fées dans la prairie et lui demande de partir avec la fée Nyny.

Nuika accepte en lui disant :

– tu dois transformer mon corps, il faut que je devienne beaucoup plus grande pour la transporter, on sera là-bas plus rapidement et c’est urgent, je crois.

La Reine Kuska s’approche de Nuika et met sa main sur son Diadème. La lumière traverse le corps de Nuika, elle commence à grandir, elle est devenue une chauve-souris géante, trop grande. Nyny dit à la Reine :

– tu dois te concentrer mieux que ça, regarde… elle est géante. D’ abord tu dois la voir dans ton esprit, telle que tu la désires. Pour tous les pouvoirs ça se passe comme ça, d’abord les voir dans ton esprit…

Kuska recommence… cette fois c’est la bonne taille.

Nuika regarde la fée Nyny et lui dit en secouant ses ailes :

– prête pour l’envol ?

La fée Nyny monte sur son dos, elle survole le village, longe la rivière, laissant derrière elle les derniers fêtards.

La Reine les voit partir et retourne vite vers le Péridot, pour suivre tout ce qui se passe sur la prairie.

La fée Nyny n’arrête pas de penser à la Fée Alva, en ayant toujours cette image dans la tête ou elle la voit attachée. Elle est très inquiète et pleure… Nuika sent ses larmes ruisseler sur ses plumes et lui dit :

– ne pleure pas, regarde plutôt derrière nous, on va les ramener au château  très vite.

En effet des centaines de milliers de chauves-souris les ont suivies, Nuika la rassure

– le renfort arrive, la fée Alva a toujours été là pour nous, nous serrons tous là pour elle.

Sur la prairie, les fées, Jarka et Luisette sont à côté d’ Alva. Derrière Pya, une montagne de Diadèmes petits et grands sont posés par terre, la fée Jarka dit à Pya, :

– mais pourquoi vous ne portez plus les Diadèmes, vous allez tous mourir dans très peu de temps ?

Le chef lui répond :

– mais… on ne va pas mourir…arrêtes de dire des bêtises à mon troupeau.

– bien sûre que oui, dit-elle, vous le savez très bien, sans le Diadème vous deviendrez malade et méchant et la prochaine étape est la mort.

Alva continue:

– vous êtes déjà à l’étape de méchanceté ; je suis venue ici pour vous aider. Je ne comprends pas votre comportement vous êtes  devenus fous sans vos diadèmes…

La fée Alva regarde les autres sangliers qui sont autour d’elle et leur dit :

– dites- moi, quelles sont les pouvoir du Diadème ?

Et la foule des sangliers répond ;

– la santé et la joie,

La fée Alva demande alors :

– et quand la lumière est faible, que se passe-t-il ?

Une fois, encore, la réponse est rapide,

– nous deviendrons méchants, malades et on meurt.

Un grand silence s’installe dans toute la prairie, un des sangliers qui est tout près d’Alva ose prendre la parole :

– Le chef nous a fait croire que si on les enlève, on serait plus fort !!

La fée Luisette lui répond:

– on a vu ça… !.. même les corbeaux sont devenus méchants ils nous ont lancé des pierres, ils ne sont pas devenus plus fort, ils sont devenus méchants, comme vous.

La fée Jarka lui dit :

– calme toi,… tiens tiens,.. T’a pas oublié ça !!!!

Le chef Pya se lève en colère :

– il ne faut pas  croire tout qu’elles nous disent, c’est  moi le chef   et c’est à moi que vous devez obéir, pas aux fées.

Yak, le sous chef des sangliers se dirige vers la montagne des diadèmes, il en prend un et le pose délicatement sur son front. La Fée Alva profite de cette instant pour rendre la pierre de son diadème éclatante.

Yak part vers Pya et lui dit :

– tu ne peux plus être le chef. Un chef a le devoir de protéger son troupeau et toi tu le détruis, tu est devenu un vieux mâle âgé et solitaire.

Pya n’ose plus bouger. Devant lui, d’autres sangliers ont rejoint Yak, ils n’ont pas l’air de rigoler. Yak va libérer la fée Alva en lui demandant pardon.

Alva, comme pour remercier le ciel, lève la tête et une énorme chauve-souris vient droit sur elle, elle a juste le temps de baisser la tête, la chauve-souris atterrit derrière elle. La fée Nyny, perturbée par cet atterrissage un peu étrange, vient vers les fées et dit :

– alors les filles…que ce passe-t-il?… on était tellement inquiète au château. Alors Pya, tu fais encore des bêtises et tu entraînes  les autres!

La fée Luisette lui répond:

– pourquoi t’inquiéter, tout va bien, Nyny… Pya n’a pas fait de bêtises…pourquoi es-tu en colère contre lui?

Elle avait déjà tout oublié. Décidément sa mémoire ne s’arrange pas !

La fée Alva regarde les autres fées d’un air entendu et commente :

– c’est notre poisson rouge !!

Yak vient vers Alva et lui dit :

-je ne veux pas vous déranger, mais je pense qu’on a beaucoup de travail.

Et en regardant les animaux et la forêt il lève les bras et dit:

– redonnons  la joie de vivre  à tout ce qui nous entoure… .

La fée Alva le remercie encore une fois pour tout ce qu’il vient de faire :

– effectivement on a du travail, mais avec la fée Nyny et les  pouvoirs des quatre on va régler le problème.

La fée Jarka dit a Alva :

– moi je m’occupe de la forêt, elle n’en sera que plus belle après.

La fée Nyny regarde Nuika et lui dit :

– où sont passées les autres chauve-souris ? ont-elles disparues ?

Nuika lui répond en regardant les arbres

– elles attendent nos directives, depuis là-haut, regarde les seules petites étoiles que l’on voit à travers les arbres sont leurs diadèmes, preuve que tout le monde est là.

La fée Alva surprise de voir que la fée Nyny et Nuika qui ne sont pas venues seules dit à Nuika :

– pourrais- tu, s’il te plaît, aller avec ta bande me chercher Egly le chef des aigles, j’ai besoin de lui pour neutraliser les corbeaux, ils sont devenus fous.

Nuika lui répond :

– Stane est malade…ou alors il ne peut pas quitter sa mamounette…

– tu sais très bien que je ne peux pas me séparer de lui, dit-elle.

– je sais… j’aime bien t’embêter, ma fée je pars tout suite le chercher…

Puis il s’envole, en riant, et part chercher Egly.

Entre temps, la fée Jarka a déjà transmis la lumière magique et scintillante à la forêt. Elle est devenue tellement belle que l’on peut dire que chaque arbre a des petites étoiles très brillantes.

La fée Alva dit à la fée Jarka:

– magnifico….Tu es la meilleure, regardez les filles…..elle est majestueuse notre forêt.

Les quatre fées se dirigent vers la montagne des Diadèmes et se mettent en cercle. En se concentrant très fort sur leurs pierres, apparait un cercle de lumière qui entoure toute cette montagne de diadèmes. Les sangliers éberlués ont tous les yeux qui brillent devant cette lumière magique.

Encore une fois, la lumière ayant disparue, chaque diadème a repris leurs belles couleurs.

En se mettant en file indienne, les sangliers marchent en direction des fées et toutes se mettent au travail en posant chaque diadème sur leur front. C’est en souriant qu’ils repartent  dans leur forêt.

La fée Alva commence à s’inquiéter. Elle ne voit toujours pas arriver Egly. Elle doit à tout prix remettre les diadèmes aux corbeaux avant que le jour se lève.

Yak a pris la place du chef des sangliers. Le vieux Pya dit a Yak :

– pour me faire pardonner, je passerais le reste de ma vie à aider les agriculteurs, je guiderai l’eau dans les champs au lieu de les détruire.

La fée Alva se retourne et lui dit:

– bien. Je suis sûre que tes défenses seront plus efficaces qu’une pelle.

Tellement concentrée sur le discours de Pya, qu’Alva n’a même pas vu arriver Egly. Ce dernier demande à Alva :

– tu as besoin de moi, ma fée ?

Alva surprise, se retourne et voit Egly:

– oui, Egly, j’ai besoin de ton aide, sans toi je serais perdue, merci d’être venu.

La fée Alva lui explique l’histoire des corbeaux et des sangliers.

La fée Luisette, qui entend la conversation, dit :

– mais ils ne nous ont pas lancé des pierres… et les sangliers sont gentils, on discute tranquillement avec eux…

Elle a encore tout oublié…

Les trois autres fées, un peu énervées, lui disent en même temps :

– tais- toi Luisette. !!

Et Alva continue la conversation avec Egly :

– il n’y a pas mieux qu’un aigle pour aller chercher un corbeau, tu es d’accord Egly ? Egly répond :

– je sais où il se trouve…on va lui apprendre les bonnes manières ! Maintenant je comprends mieux pourquoi il se cache…

Trois minutes plus tard, Egly arrive avec le chef des corbeaux, Korby.

On voit juste deux plumes qui volent puis il s’écrase devant les pieds d’Ava. Egly l’a carrément lancé de là-haut. Korby, regarde la fée Alva et lui dit :

– mais pourquoi autant de violence…

Et en s’adressant à Egly :

– il fallait juste m’appeler, je serais venu

Alva le regarde avec un grand sourire :

Bien sur…. dit-elle d’un petit air narquois, j’aimerai que tu appelles toute ta corbeautière, il faut qu’ils viennent chercher leur Diadème.

Il veut lui dire «  non, »… mais en regardant Egly…. N’a pas le choix : « oui,  tout de suite  Alva. »

Ils arrivent de toutes les directions de cette belle forêt toujours scintillante. Tous se mettent en file indienne, en passant devant Egly, ils baissent les yeux et la tête. Egly, en riant regarde Alva et lui dit :

– suis-je si impressionnant, que ça ?…

– tu les fais trembler de peur, tu es un très bon prédateur, c’est pour cette raison que je t’ai demandé de l’aide il n’y a pas mieux qu’un aigle pour aller chercher un corbeau….

La Fée Alva s’approche d’Egly et lui fait un grand câlin et le remercie encore pour son aide.

Une fois le travail terminé, les fées heureuses, repartent, avec le cœur rempli de joie en direction du château.

Alva sur son magnifique Stane, en lui faisant un gros câlin, lève la tête et dit :

– merci pour tout les filles sans vous je serrais toujours attachée à ce tronc… allez les filles profitons de cette belle nuit pour survoler le Royaume  en compagnie de nos aigles…

Certains Akawankas qui sont encore réveillés les entendent rire et c’est avec le sourire qu’ils  s’endorment.

V

 

Le lendemain, la fée Nyny est réveillée très tôt par des cris. Elle se lève et se dirige vers la fenêtre. Tout près de là, deux hommes se bagarrent, ils crient si fort qu’on les entend dans tout le village. Elle se dépêche en utilisant ses pouvoirs magiques pour se vêtir.

Mily, sa chatte, se frotte à ses pieds mais la fée Nyny lui dit :

– je suis pressée, plus tard je te ferais des câlins.

Mily en repartant en direction du lit, lui dit :

– en attendant, je retourne finir ma nuit. ! tu  me dis toujours la même chose, plus tard…plus tard..

La fée Nyny va en direction de la terrasse, croise Luisette avec Charlie dans les bras, cette dernière lui dit :

– Charlie veut aller se promener dans la Forêt Pulmo,

Nyny avec un grand sourire lui dit :

– c’est ça ma belle… tu crois qu’on n’a pas remarqué, comment tu regardes Jaky… tient, tient…. ta mémoire s’arrange… t’as pas oublié les terriens !!

Et elle s’envole vers les hommes en colère. Une fois arrivée, elle leur demande :

– mais pourquoi autant de colère ?.. Vos cristaux sont lumineux… mais attendez-voir….

Et en se tournant vers l’un d’eux :

– mais tu étais un terrien ?

L’homme le lui confirme en baissant la tête.

– alors que se passe-t-il  pour vous mettre dans cet état ? Ce n’est plus de la colère, c’est de la haine, on vous entend dans tout le village… Du calme….

Kyka, un des hommes, lui répond :

– C’est lui, Tony, il était terrien avant. Je l’ai accueilli chez moi, on a tout fait pour qu’il se sente à l’aise et en famille mais il est devenu fou. Il m’a dit que je dois croire à son Dies, faute de quoi, il ne m’aidera pas à dévier l’eau pour les champs. Je ne peux pas, j’ai déjà mon Dies.

La fée Nyny triste, en les regardant, leur prend les mains, et leur dit :

– écoutez- moi ; chacun a le droit de croire au Dies qu’il veut. Tony, tu ne peux pas obliger les autres à croire à ton Dies. Connais-tu l’histoire de la planète Tasmal ?

– non, dit-il

– c’était une planète magnifique, les êtres étaient intelligents, libres et bons, ils nous ont appris l’écriture et ils avaient la lumière. Puis, un jour, tout a changé, ils ont perdu la lumière. Ils ont commencé au nom de leur Dies à se massacrer. Les femmes étaient les plus belles, elles nous ont appris la danse.  Aujourd’hui, sans lumière, c’est une Planète où tout est gris et sombre, même les fleurs ne poussent plus. C’est ça que vous voulez pour la Planète des Akawanka ???… De temps en temps, ils arrivent à passer la porte du mal et ils viennent ici pour nous prendre le Péridot, la lumière magique, comme vous dites si bien au village.

Et en disant ces derniers mots, elle lâche les mains de Kyka et de Tony. Ses mains ont déjà transmis un peu de lumière magique. Puis elle les rapproche l’un de l’autre en mettant ses mains sur leurs pierres et une lumière intense parcourt leurs corps. Ils se regardent et le bonheur se lit  à nouveau sur leur visage.

La pierre de Tony est si lumineuse qu’il dit à Kyka :

– pardon je deviens vieux et bête, j’ai vu dans le champ que l’eau ne va pas partout. Je viens t’aider. Allez…au boulot

Et en sifflant ils partent travailler dans les champs. La fée Nyny a les larmes aux yeux tellement elle est heureuse.

Elle repart au château rejoindre Mily qui est toujours au lit, mais quant elle arrive au château, les autres fées sont sur la terrasse en compagnie d’un jeune homme qui demande à parler avec la Reine.

VI

 

C’est Lois, le chef de la tribu Takan.

Il est accompagné de deux Takans. Les Takans ont pour mission de garder la porte du mal, le passage des êtres maléfiques. Tout le royaume parle de la beauté de Lois, mais personne ne l’avait jamais vu. A son côte trois magnifiques Dracos. Les fées sont émerveillées par leur beauté. Elles  s’approchent de très près des Dracos, ils ouvrent leurs ailes magiques, comme pour leur montrer qu’ils ont aussi des pouvoirs et les fées sont paralysées devant eux tellement ils sont beaux.

Lois dit à fée Luisette :

– je dois parler à votre Reine, nous sommes en danger, les portes du mal se sont ouvertes, les Tasmals nous attaquent.

Les Tasmals sont de petits personnages gris, barbus, ils ont de  grandes oreilles poilues et ont pour chef, Jafoste, un vilain personnage.

La planète des Tasmals est sombre, chaude et humide, tout est gris. Les arbres et les fleurs ne poussent plus, ils se bagarrent toute la journée. Avec leurs pouvoirs maléfiques, s’ils arrivent à toucher un être vivant différent d’eux leur couleur grise traverse le corps  de leur victime jusqu’au cœur, les faisant mourir.

La fée Luisette est prise de panique et court parler à La Reine. Les trois fées connaissant le problème de Luisette la suivent de près et bien entendu quand Luisette  arrive vers la Reine qui se trouve a côté du Péridot, elle a déjà tout oublié.

La Reine la regarde et lui dit :

– Luisette , ça va ? Tu es très blanche, es-tu malade ?

Luisette lui répond :

– non je ne suis pas malade, mais j’avais quelque chose de très important à te dire et j’ai oublié….

La Reine sourit gentiment à Luisette.

La fée Jarka dit la Reine :

– ma Reine, le chef des Takans, Lois est là, la porte du mal s’est ouverte, les Tasmals nous attaquent.

La Reine ordonne à la fée Jarka d’aller chercher tout le monde. À côté du Péridot, la Reine regarde l’hologramme elle voit déjà la bataille sanglante entre les Takans et les Tasmals.

Lois s’approche de la reine. L’image disparait… il met un  genou à terre pour la saluer. Ils sont émerveillés par leur beauté respective et Lois dit à la Reine :

– ma Reine, la porte du mal s’est ouverte, j’ai besoin de votre aide et de celle des fées pour la fermer.

Kuska regarde la fée Nyny et lui dit :

– va annoncer au peuple  Akawanka de venir au château.

Elle monte vers le clocher du château, sonne les cloches  de toutes ses forces. En regardant vers le bas, elle voit des centaines de milliers d’Akawanka avec une torche à la main, se dirigeant vers le château, ainsi que tous les animaux.

La Reine Kuska accompagnée par les fées et les Takans va sur la terrasse du château et s’adresse à son peuple :

– nous devons protéger le Péridot, les Tasmals  ont traversé la porte du mal.

Au même moment, le ciel, déjà noircit par la nuit, devient encore plus sombre. Les Tasmals, avec leurs cafards volant qu’ils nomment les Blattodeas, tournoient au-dessus du château. Les Tasmal lancent  des boules de feu dans toutes les directions.

Le Chef des Tasmals, Jafost , se pose sur la terrasse du château avec son Blattodea. A ce moment, Lois dit à la Reine :

– vite … Allez fermer les portes du temple sacré, je m’occupe de lui.

Avec les fées, la reine se met à courir en direction du temple sacré .

Jafost lance des boules de feu et de boue grise vers Kuska  pour la ralentir, mais elle arrive à leur échapper. Une grande lutte commence entre Lois et Jafoste.

Chacun utilise ses pouvoirs. Lois avec ses pouvoirs magiques et Jafoste avec ses pouvoirs maléfiques. Lois se concentre tellement fort sur sa pierre qu’il l’ouvre en deux. Deux épées magiques en sortent et volent tout droit en direction de Jafoste. Après les avoir envoyés de quelques mètres en hauteur, Jafoste est plaqué contre le mur du château. Surpris par cette magie il est furieux, il ordonne à son Blattodea volant de  tuer Lois. Le Blattodea se met debout, il est immense devant Lois.

Lois monte sur son Draco et d’un simple coup de queue, le Blattodea atterrit dans le jardin du Château. Lois en riant dit à son Draco :

– t’a déjà mangé aujourd’hui !! On m’a toujours dit que les Blattodea sont une nourriture très bonne pour les Dracos.

Pendant ce temps les Akawankas se battent avec les Tasmals.

Dans la forêt Pulmo, Ben et jaky, sont très inquiets de voir des énormes blattodeas traverser la forêt en direction du château. Ils décident de partir à pied rejoindre les fées. Sur le chemin, Ben dit à Jaky :

– tu crois que notre diadème nous donne aussi des pouvoirs magiques ?

– oui, la santé et la joie c’est déjà super, lui répond Ben.

– Je te parle de la vraie magie, comme par exemple : tu vois les oiseaux là- bas ?… ce serait formidable de les transformer en plus grand, comme ça on pourrait aller plus vite au château.

Et durant tout le chemin, ils essayent de transformer tous les animaux qu’ils croisent… mais… sans succès.

Jafoste a réussi à s’échapper des épées magiques et part à la poursuite de la Reine.

Lois se bat avec d’autres Tasmal ils sont des centaines, voir des milliers qui arrivent de toutes les directions. Lois en regardant le mur du château, ne voit plus Jafoste, il descend de son Draco et le poursuit.

Devant le Temple sacré, Kuska et les fées se concentrent pour refermer les portes, mais jafoste vient d’arriver et elles sont interrompues par sa présence. Le rituel de fermeture des portes est suspendu. Les fées survolent Jafoste en  laissant tomber de la poussière magique sur lui pour l’aveugler.  Il perd un peu ses esprits mais  se remet très vite et en levant sa main,  jafoste, lance une toile d’araignée sur les fées qui sont plaquées au plafond.

Kuska, seule devant Jafoste, se concentre sur sa pierre. Une lumière parcourt son corps. À la place de sa robe, une armure commence à se former afin de la protéger au maximum.

Les Fées sont fières de kuska.

Elle avance vers Jafoste qui continue de lancer des boules de feu en direction de kuska. Avec son armure, elle est devenue intouchable, les boules de feu l’a touchent et glissent aussitôt. Elle avance, Jafoste commence à reculer, elle le prend et le jette contre un mur mais il lui lance une toile d’araignée pour essayer de la plaquer au sol. Kuska en voyant la toile, vole dans sa direction, elle ouvre ses deux mains et une lumière part en direction de la toile qui la détruit.

Jafoste, à terre, se relève et lui relance une boule de feu, elle se baisse et la boule de feu transforme les Tasmals, qui étaient derrière elle, en poussière.

Entre temps, la fée Alva depuis sa prison de fil de soie, demande de l’aide à un couple d’araignée qui est de l’autre côté. Les deux araignées s’approchent des fées en disant :

– on était déjà en route, Alva, pour venir vous libérer.

Avec leurs huit pattes, elles commencent à écarter et à manger le fil de soie afin de  laisser un passage grand ouvert pour les fées.

Alva enfin libérée dit :

– mais quel tissage a-t-il bien pu faire ce Jafoste….

Les fées vont aider kuska. D’autres Tasmals arrivent. Les fées se battent avec eux et se mettent devant la porte du temple. Chaque Tasmal qui arrive se transforme en cendre. Toutes se donnent la main et une lumière est projetée en direction des derniers Tasmals. Jafoste s’est posté entre eux. Cette lumière les plaque contre un mur, loin de la porte du temple sacré, elle reste autour d’eux, ils ne peuvent plus bouger. Alva appelle les araignées :

– mettez-les dans une cage d’acier, de notre côté on va fermer les portes du temple sacré,  je compte sur vous.

Kuska et les fées se remettent en place pour le rituel. Elles se donnent la main, la lumière magique traverse leurs corps et de la pierre de la Reine jaillit la lumière qui referme les portes. Mais, cette fois-ci la pierre reste brillante avec une lumière aveuglante. Les autres Tasmals arrivent vers la porte déjà fermée. En s’approchant, ils tombent les uns après les autres en poussière. Certains, en voyant cette destruction rapide, prennent la fuite.

La Fée Nyny a une vision, les Akawankas faiblissent et meurent.

La Fée Nyny regarde la Reine et lui dit :

– je dois partir, les pierres des Akawankas sont très faibles et ils ne pourront plus continuer à se battre très longtemps.

La Reine avec les larmes aux yeux lui fait un signe d’approbation de la tête. Elle part. Lois croise Nyny et ordonne un Takan de l’accompagner. Nyny s’envole avec le Takan sur son Draco. Sa vitesse est impressionnante, elle a le cœur qui bat très fort, elle serre le Takan dans ses bras. En posant sa tête sur son épaule, il sent son cœur battre très fort, et lui dit :

– t’inquiètes pas, tu es en sécurité avec moi.

La fée Jarka a elle aussi une vision.

Elle voit les fleurs commencer à faiblir doucement, elle doit à tout prix aller les sauver et les préserver, elle devra aussi sauver tout ce qui les entoure.

Elle s’en va avec un Takan. Le Pays Akawanka , vu du ciel, est un Pays en guerre. Des villages en feu, d’autres presque gris, sans vie. Dans l’un des villages, pas très loin, la fée Jarka voit une grande fleur aux couleurs de l’arc-en-ciel. Elle est faible mais vivante. Autour d’elle, des Akawankas sont devenus presque tous gris, elle crie à fée Nyny :

-vient, regarde il y a une fleur vivante, c’est de  là que repartira la vie.

Les deux Dracos survolent la fleur et les fées laissent tomber de leurs ailes une poussière magique couleur d’or et d’argent. Cette pluie magique tombe sur la fleur et refait pousser ses racines ; elles ont une couleur blanche lumineuse qui parcourt a une grande vitesse une partie du village. Partout où elles passent, elles redonnent la vie. Quel soulagement..

Pendant ce temps au château…

Lois dit à la Reine :

– on doit partir fermer la porte du mal, Lois prend la main de Kuska, leurs cœurs battent très fort et tout deux partent en direction de la terrasse du château suivis par les deux Fées Alva et Luisette. Dehors, les Dracos arrivent avec les fées Jarka et Nyny. Elles sont tellement tristes :

– on a fait tout ce qu’on a pu, mais beaucoup d’Akawanka ont péri.

Kuska, triste, s’approche du mur de la terrasse et regarde en direction du village. Elle voit les derniers Tasmal s’enfuir en direction des portes du mal. Au village, des taches grises apparaissent par endroit, signe de la destruction laissée par les Tasmal, elle pleure….

Lois vient vers elle et lui dit :

– on doit partir, le temps presse, regarde… les derniers Tasmals prennent la fuite.

Kuska sèche ses larmes et dit aux fées :

– venez avec nous, notre pouvoir réuni fermera définitivement la porte du mal.

La Fée Nyny de retour au château s’approche de la Reine et lui dit :

– vient, le moment est venu pour toi de retourner dans ton passé pour que tu connaisses d’autres pouvoirs.

Nyny lui prend la main et l’emmène au temple Sacré. Tous ont suivi. Une fois les portes ouvertes, Nyny met sa main sur la colonne de cristal, la petite porte invisible s’ouvre, Kuska reconnait de suite les diadèmes de ses parents.

Elle est très émue. A genou devant les diadèmes elle pleure, des images de bonheur, avec ses parents, défilent dans sa tête. Mais une image triste la fait pleurer encore plus, celle ou sa mère mourante lui a dit, « un jour tu porteras ce diadème et il te donnera des pouvoirs inimaginables ». Kuska lui avait répondu, en pleurant, « mais moi j’ai déjà le mien, je ne veux pas du tien, ne part pas, tu dois rester avec moi, je t’en prie, reste, » en tenant sa mère sans vie dans ses bras, elle l’avait secouée de plus en plus en lui disant « réveille- toi maman, réveille- toi, tu ne peux pas me laisser toute seule ».

En levant la tête, elle regarde la fée Nyny, c’est elle qui était à ses côtés ce jours là, elle l’avait prise dans ses bras pour la consoler.

Tout le monde a les larmes aux yeux et compatit à la tristesse de Kuska. Les fées l’aident à se relever. Nyny prend dans ses mains le diadème qui appartenait à sa maman. Alva enlève celui que Kuska portait jusque là en le mettant délicatement dans les eaux du lagon et Nyny pose le nouveau diadème sur son front, en lui disant:

– il te protégera toute ta vie, le diadème de ta maman est d’une telle grandeur d’âme qu’il rayonnera à jamais sur toi.

Au même moment tous les petits Péridots qui entourent le prestigieux Péridot envoient leur lumière au centre de celui-ci. Au-dessus du grand Péridot, un hologramme avec un message pour Kuska, apparait. Ses parents s’adressent à elle :

– tu es devenue sûrement une magnifique jeune femme et si tu as ce message aujourd’hui, cela doit être un jour très important dans ta vie, peut-être ton mariage…

Kuska regarde Lois d’un air amoureux et Lois rougit. Le message de sa mère continue :

– si c’est le cas je te félicite, et dans le cas contraire, c’est que les Akawankas sont en danger, mais je te fais confiance ainsi qu’a tous. Ensemble, vous aller sauver notre belle planète.

Son père, lui aussi, lui adresse un message :

– Kuska, je voulais juste te dire que je ne veux pas te voir triste et si un jour tu es malheureuse, lève les yeux vers le ciel, tu y verras deux étoiles très brillantes l’une à côté de l’autre ; c’est nous, on te protègera toujours de là- haut…

L’image s’arrête. Kuska baisse la tête tristement et la relève aussitôt.

D’une voix sûre et s’adressant aux fées :

– on a du travail… les filles, nous avons le devoir de protéger la planète Akawankas.

Après avoir fermé les portes du Temple Sacré, ils partent tous en direction de la terrasse du château. Les dracos sont là avec les aigles royaux. Au moment de partir, les terriens, Ben et Jaky arrivent. Ils sont atterrés, ils ne peuvent plus parler tellement ils sont fatigués. La Reine, après avoir expliqué le problème aux terriens, leur dit :

– venez avec nous. Vous pourrez nous être utiles là- bas. La porte du mal à une grande ressemblance avec la vôtre.

Survolant la rivière, Kuska serre tendrement Lois dans ses bras,   posant sa tête sur son épaule pour lui montrer son attachement. Lois profite de cet instant d’affection pour lui demander :

– pourquoi vous m’avez regardé quand vos parents ont parlé de mariage ?…

Kuska rougit en le serrant encore plus fort. Lois a comme seule réponse à sa question les battements de son cœur qui le transperce.

Tous partent en direction de la porte du mal. La fée Nyny  crie aux autres fées :

– le voyage est encore long les filles, laissons tomber de la poussière magique de nos ailes en traversant le Pays, redonnons de la vie à notre belle planète.

Les dracos  s’y mettent aussi, une poussière plus abondante et plus scintillante que celles des fées, glisse de leurs ailes.

Partout où elle tombe, tout pousse plus vite et plus beau. Les  Akawankas voyant cette pluie magique, lèvent les yeux au ciel et admirent la magie des fées et celle des dracos.

Arrivant près de la porte du mal, ils trouvent un lieu lunaire. Tout est gris et détruit, la végétation qui a été si riche auparavant est devenue sombre, tout cela, à cause des Tasmals. Les derniers survivants Takan arrivent vers eux. Kara, une jeune femme, rouquine, court en direction de Lois et se lance dans ses bras. Lois la câline avec tellement d’affection.

Au château, quelques rescapés Tasmals ont réussi à libérer Jafoste, ils partent à tout allure sur leurs blattodeas en direction de la porte du mal, ils doivent à tout prix la traverser pour pouvoir rester en vie.

Observant autour d’eux que la vie a repris son rôle, Jafoste se met en colère et dit aux autres Tasmals de détruire tout sur leur passage. Alors ils lancent dans toutes les directions des boules de feux. L’une d’elles tombe dans la falaise, arrive dans l’habitat d’un couple de ptéranodon. En colère ils prennent leur envol en direction des Tasmals, ils sont juste derrière eux en poussant des cris. Les Tasmals se retournent et sont pris de panique. Un des Tasmal a eu tellement peur qu’il tombe de son blattodea et s’écrase en bas de la falaise. Son blattodea continue sa route tout seul, mais le ptéranodon ne le lâche pas et le prend par la tête, il le lance contre un rocher. D’autres ptéranodons arrivent de toutes les murailles. Les Tasmals sont pourchassés les uns après les autres.

La Reine voyant la vénération de Lois pour Kara reste mélancolique. Nyny sent sa tristesse et détourne son attention sur ces retrouvailles, elle luit dit :

– Kuska, vient, on doit commencer le rituel pour la fermeture de la porte.

Elle se dirige vers Nyny en laissant tomber quelques larmes.

Cet anneau de métal que l’on nomme la porte du mal fait un bruit assourdissant.

Nyny dit :

-les filles, ça va être difficile de se concentrer avec ce bruit, mais on doit la fermer rapidement. Nous devons empêcher les derniers Tasmals de passer cette porte.

Toutes en cercle entourent la porte du mal, elles ferment les yeux pour mieux se concentrer. Tous les cristaux sont très lumineux, sauf celui de la Reine, son chagrin l’empêche de centraliser ses pensées. Nyny la reprend par la main et lui dit :

– tu dois oublier ton chagrin quelques instants. Pense à tes parents, à tout ce qu’ils t’on dit, tu possèdes maintenant un diadème très puisant, tu dois protéger ton peuple.

Après plusieurs tentatives échouées par le manque de concentration de la part de Kuska, la fée Nyny se met en colère…

Et pour lui montrer sa déception elle lui crie:

– concentres –toi, c’est très important, regardes autour de toi tout ces gens t’aiment et comptent sur toi pour les protéger.

Tout le monde est à nouveau en cercle. Toutes les pierres sont très lumineuses, le cercle de lumière magique est complément fermé, puis il se détache des diadèmes et entoure la porte du mal en se déplaçant du haut vers le bas.

L’anneau commence doucement à se fermer. Nyny en laissant la lumière magique agir, les félicite en leur disant :

– bravo les filles, on a réussi à déclencher la fermeture.

Mais à peine ces mots prononcés, les cris des ptéranodons les surprend tous. Regardant dans leur direction, stupéfait de voir que Jafoste est poursuivi par ses derniers. Jafoste survolant le sol attrape un bout de bois très pointu et en passant à côté de Lois, l’enfonce dans son corps et réussi à passer la porte du mal.

Tous accourent en direction de Lois. Il est à terre, tend sa main vers la Reine et lui dit :

– heureux de vous avoir connu ma Reine…

Puis il s’évanouit… Kara assise par terre prend Lois dans ses bras, elle pleure toutes les larmes de son corps.

Kuska, demande au Takan de le poser sur un des dracos et de le transporter au château. On pourra peut-être le sauver, mais Kara ne veut pas le lâcher. Kuska se mettant à genou près d’elle, lui dit :

– le temps presse, je sais que notre amour pour lui est immense, mais on doit faire vite pour le sauver, venez avec nous.

Kara laisse partir Lois en disant à la Reine,

– c’est vrai ma Reine vous aller le sauver ?

La Reine la prend tendrement dans ses bras :

– on fera tout ce qu’on pourra pour vous le rendre, c’est promis.

Les terriens se proposent de rester pour examiner et étudier la porte du mal qui ressemble tellement à celle des terriens.

Les autres partent en direction du château. Sur son draco, La Reine tient Lois dans ses bras, triste et accablée par ces images qui défilent dans sa tête : les retrouvailles de Lois et Kara, son cœur appartiendrait-il à une autre ?

Elle pleure et prie tous les dies de l’univers de le sauver.

Arrivée au château, Joeky prend Lois, et tous partent en direction du temple sacré. Une fois le rituel d’ouverture des portes effectué, la Reine dit à joeky de le poser à côté du Péridot, mais elle est interrompue par Alva qui lui dit :

– non, il faut le mettre dans l’eau du lagon, Nyny m’a dit qu’elle était sacrée et magique.

Toutes les fées approuvent cette idée.

Délicatement elle le baigne dans le lagon, en laissant ses mains sur lui. Un cercle lumineux commence à entourer Lois, tous les petits et le grand Péridot ont acquis une lumière très brillante. Elle illumine le bout de bois qui se trouve toujours planté dans la poitrine de Lois. Il se transforme en une lumière intense et scintillante qui traverse son corps, puis disparait.

Lois ouvre les yeux, il est sauvé. Kara, heureuse, court vers lui.

Lois lui dit :

– salut, grande sœur, tu m’as manqué. Je te présente l’élue de mon cœur, kuska.

La Reine ne peut plus contenir sa joie en regardant Kara. Elle embrasse tendrement Lois sur les lèvres en disant :

– bienvenu parmi nous, mon Roy.

 

 

Fin